Partager

Les absences relatives aux troubles de santé mentale

Ce n’est pas une cachette, la maladie mentale est la première cause d’absentéisme au travail.

Problèmes anxieux (anxiété généralisée, trouble de panique, trouble obsessif compulsif, trouble de l’adaptation, etc.), des troubles de l’humeur (dépression, burnout, trouble bipolaire), des troubles concomitants (problèmes de jeux, consommation de drogues et d’alcool), etc. Des statistiques démontrent que plus de 70 % des coûts d’assurances invalidité sont reliés aux problèmes de santé mentale (source : le Corre en bref).

 

Nous vivons tous des périodes difficiles où nous sommes bouleversés, la plupart des gens arrivent tout de même à poursuivre leurs activités quotidiennes. Toutefois, chez certaines personnes toute cette intensité émotionnelle crée des troubles considérables dans leur vie. Bien que nous soyons empathiques envers nos employés qui vivent des périodes ardues, il est souvent difficile pour un employeur de savoir comment agir lors de ces situations.

 

En tant qu’employeur, devons-nous agir face à ces situations?

                                                                                                                   

Lorsqu’une personne est à l’emploi d’une organisation, elle s’engage à fournir une prestation de travail en échange d’une rémunération. Si l’employé s’absente pour une période prolongée, il doit alors fournir un certificat médical précisant que la maladie dont il est atteint l’empêche d’effectuer ses tâches et spécifier la durée de son arrêt de travail.

 

Durant cet arrêt de travail, ce sont généralement les autres employés qui doivent effectuer les tâches de leur collègue absent (surplus de travail pour l’équipe). Plusieurs employeurs se demandent s’ils doivent embaucher une personne afin de remplacer l’employé malade, car

souvent la date de retour de ce dernier est indéterminée; il est donc important que vous suiviez le dossier d’un employé qui s’absente du travail afin de prendre des décisions éclairées. Votre rôle consistera aussi à bien supporter votre équipe afin que les surcharges de travail ne causent pas d’autres départs.

 

Il est possible d’embaucher temporairement une ressource ou un sous-traitant afin de pallier à l’absence de votre employé. Toutefois, lorsque l’employé revient au travail il doit reprendre le même poste avec les mêmes conditions qu’il avait à son départ à moins que le médecin traitant ne limite ses activités ou certaines de ses tâches.

 

Afin de savoir à quoi vous en tenir, il est aussi possible de demander, avec l’accord de l’employé, plus de détail auprès de son médecin traitant ou demander une contre-expertise médicale par un autre professionnel que vous choisirez. Bien que votre employé ait des problèmes de santé mentale, il est de votre droit de savoir à quoi vous en tenir.

 

Pendant l’arrêt de travail, l’employeur croit souvent à tort qu’il ne peut pas entrer en communication avec l’employé, toutefois, il peut aisément le faire par téléphone afin de prendre de ses nouvelles et lui donner des nouvelles du bureau. Si en tant qu’employeur, vous n’êtes pas de nature très empathique et agréable, nous vous suggérons de demander à une tierce personne de le faire à votre place afin de ne pas vous retrouver avec une plainte de harcèlement psychologique. Lors de l’entretien, évitez les sujets de nature trop personnels en lien avec son état de santé mentale, évitez de passer des commentaires sur ses traitements et surtout acceptez le fait que l’employé puisse ne pas avoir envie de vous parler. Le cas échéant, faites-lui parvenir une carte de prompt rétablissement. L’objectif est de soutenir l’employé et diminuer ses craintes vis-à-vis son emploi et son retour au travail.

 

Votre rôle sera également de sensibiliser les autres employés au retour de leur collègue afin que ces derniers soient impliqués dans sa réintégration et qu’ils ne portent pas de jugement. Les problèmes de santé mentale ne sont pas à prendre à la légère, entourez-vous de spécialistes et allez chercher l’expertise nécessaire afin de ne pas faire de faux pas.

Inscrivez-vous
à notre infolettre
Le saviez-vous?
29.08.2018
Cannabis au travail — droit de l’employeur

Suite à l’entrée en vigueur de la Loi sur le Cannabis, le 17 octobre 2018, la consommation de cannabis à des fins récréatives ne sera plus considérée comme étant illégale. Bien sûr cette nouvelle loi aura des répercussions dans les milieux de travail. 

23.05.2018
Surveillance des employés : courriels et internet

Est-ce que l’employeur peut surveiller ses employés dans le but de valider leur utilisation de l’internet et de leur courriel d’entreprise? La réponse est oui! Mais...    

06.03.2018
Gérer un employé difficile…pas facile!

Si en tant que gestionnaire vous n’avez pas encore eu à faire face à un employé « difficile », alors dites-vous que cela viendra un jour! Vaut mieux être bien préparé afin de ne pas laisser cette personne contaminer votre organisation et ruiner votre santé ainsi que celle de vos employés.